3 viviers des entrepreneurs à impact au Maroc

Les différentes initiatives et programmes d’encouragement de l’entrepreneuriat, bien intentionnées, ciblent prioritairement les jeunes, les étudiants, les diplômés, les chômeurs, les personnes en situation de vulnérabilité économique et sociale en leur demandant plus qu’ils ne peuvent donner. Or, malgré quelques réussites exceptionnelles, ces profils, dans leur majorité, n’ont pas les qualités personnelles  et professionnelles pour créer des entreprises pérennes et surtout les amener à se développer.

Miser sur la bonne cible d’entrepreneurs 

Le vivier d’entrepreneurs à impact dont a besoin notre pays se niche dans les grandes entreprises nationales et multinationales. Ce sont les cadres en transition. Ces cadres qui arrivent à maturité personnelle et professionnelle après des années d’expériences et qui sont à la recherche d’un nouveau projet de vie. 

Au fil des ans, ils ont pu développer plusieurs atouts, une meilleur connaissance d’eux mêmes, une maîtrise technique d’un métier, une vue globale d’un secteur d’activité, un capital social mais aussi pas mal de frustrations ! Au moins 3 de ces frustrations peuvent se transformer en énergie entrepreneuriale positive.

1. Les entrepreneurs lifestyle  : Ces cadres à la recherche d’une meilleure qualité de vie

Certains choisissent d’émigrer alors que d’autres rêvent au contraire d’un retour aux sources. Après des années à Casablanca et Rabat, certains essaient de se réinstaller dans leurs régions natales et contribuer à leur développement. Imaginer le potentiel d’alimenter “l’élite” locale et rural qui fait cruellement défauts à nos territoires. 

2. Les entrepreneurs sociaux : Ces cadres à la recherche de plus de sens  

Ces cadres sont à la recherche de plus de sens et d’impact social, qu’il ne retrouvent pas dans la mission ou l’action des organisations dans lesquelles ils évoluent. Ces profils veulent s’attaquer à des problématiques sociales, environnementales et économiques, mieux servir des populations vulnérables et réduire les inégalités en choisissant la voie d’un entrepreneuriat plus solidaire et plus inclusif qui profite à tous.

3. Les entrepreneurs innovateurs  : ces cadres à la recherche de plus d’opportunités 

Ces cadres, non conformistes et rebelles, font souvent face à l’incapacité de leur management à prendre des risques et sortir de la logique de rente. Ces cadres, innovateurs sont capables de transformer de nouvelles opportunités et de faire preuve d’agilité entrepreneuriale. Nous en avons besoin d’abord pour sauvegarder les entreprises familiales en phase de transmission mais qui ne dispose pas de relève entrepreneuriale. Ils sont aussi notre principale atout pour aller chercher du chiffre d’affaires à l’export.